Partir, pourquoi pas nous ?

Dans six mois, nous vivrons à bord de notre voilier et mettront cap au large pour une année sabbatique en mer et en famille !

10919019_10153033308406030_4715188806610822094_n

Objectif caboter d’île en île autour de l’atlantique. Voire et surtout monter à nos deux enfants de nouveaux horizons, de nouveaux paysage. Eveiller leurs 5 sens au monde : voir d’autres couleurs, sentir d’autres parfums, entendre d’autre langues d’autres mélodies, gouter d’autres épices, toucher enfin d’aute terre, d’autre société.

Découvrir le monde tout simplement dans sa diversité, sa pluralité.

Mais revenons un peu en arrière : l’idée de cette année sabbatique en mer a germé à la fin de l’été dernier de façon assez inattendue.

Certes, nous aimons tous deux la mer et la voile, mais partir en croisière n’a jamais été un loisir exclusif, ni même prioritaire. Laure aime naviguer à condition d’avoir un objectif clair : découvrir un nouvel archipel, une nouvelle côte, un nouveau havre. Pas question de répéter d’immuables virées sur l’archipel des Glénan en Bretagne ou de réitérer les croisières autour du cap Creus, là où gravite le Sun Odyssey 33.1 du grand-frère. Pour elle, la voile est un moyen d’exploration plus qu’une fin en soi, et si c’est pour faire des ronds dans l’eau alors il faut opter pour un support ludique et fun, qu’on rigole un peu quoi ! Quant à moi, la voile est au cœur de mon métier. Journaliste spécialisé dans le nautisme, je noircis depuis près de 15 ans les pages des magazines spécialisés ou généralistes témoignant des évolutions technologiques de l’industrie nautique, relatant une course, une croisière ou relayant les récits de voyage des autres. Pour autant, si toutes les aventures lues ou entendues m’ont bien entendu fait rêver je ne m’étais jamais réellement projeté dans l’une d’elles. Jamais je n’aurais imaginé qu’un jour mon tour viendrait.

Quelle mouche nous pique alors en cette fin d’aout 2015 ? Tout simplement l’envie de bouger, de construire un nouveau projet. C’est comme ça depuis notre rencontre : nous marchons aux projets modestes ou ambitieux : voyages, enfants, rénovation d’une maison passablement délabrée, mariage… On se met donc à rêver : découvrir le monde, voilà qui serait chouette ! Montrer à nos enfants d’autres façons de vivre, d’autres paysages, d’autres sociétés. Leur apporter par le voyage ce terreau fertile sur lequel ils pourront mieux s’épanouir, se construire différemment. Alors, partir en voilier…
Pourquoi pas nous ?

Après tout, les enfants sont dans une fourchette d’âge idéale. À 5 et 7 ans, ils sont curieux, malléables, volontaires. Assurer la continuité de l’instruction est facilement envisageable, les programmes de grande section et de CE1 sont à notre niveau. Il faudra bien évidemment louer la maison, vendre la voiture, peut-être aussi quelques meubles… Une bonne occasion de rebattre les cartes d’une vie urbaine et de distinguer le superflu de l’indispensable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s