Oceanotonie…

Si les jours ne se ressemblent pas, ici, au beau milieu de l’Atlantique, il est étonnant de voir comment les quarts de nuit semblent se répéter à l’infini…

IMG_0384.JPG

Quelle joie alors quand un navire apparaît enfin sur l’horizon rompant la monotonie de nos veilles obligatoires sur le pont à guetter une âme dans ce grand désert qu’est l’Atlantique. Car avouons le les rencontres sont rares, voir exceptionnelles. Depuis notre départ de Mindelo, nous avons perdu de vue les autres voiliers partis de concert avec nous, croisé un cargo qui faisait route sur le Brésil, surveillé avec attention un pêcheur japonais au beau milieu du parcours, aperçu un voilier français et observer un gros yacht de star faisant route vers les Antilles à une allure bien plus soutenu que la notre, le veinard ! Finalement seul un plaisancier allemand nous aura suivit toute une journée mais de si loin que seul sa trace sur l’écran de l’ AIS était repérable laissant l’horizon désert.
Bref les nuits se ressemblent, étoilées mais sans plus même si l’arrivée de la pleine lune qui risque à changé l’esthétique de nos quarts de nuit. En revanche, les journées sont toutes différentes. Il est étonnant de voir combien la mer à différents visages et à quelle vitesse elle change de mine.
Du calme plat (enfin la platitude est toute relative vous dirait Laure !) à une courte mer hachée en passant par une houle ordonnée un peu plus longue, les contemplatifs du bord sont comblés. Par contre, on attend toujours la longue houle océanique bien rangée bien régulière …
Côté météo le début du parcours fut très nuageux. Déception. Ce n’est qu’au sixième jours que nous avons enfin eu une belle après midi sans nuage. Ça chasse enfin l’humidité ambiante : que du bonheur ! Vite on sort les crème solaire. jeux d’eau dans le cockpit pour Line et Milo qui – une fois n’est pas coutume – se régalent en faisant la vaisselle en maillot de bain ! En revanche du vent, du bon vent bien établi à 25 noeuds, quelques coup de vent a 30 noeuds, des rafales à 38, que du très raisonnable et surtout de quoi assurerez belle moyenne. Martinique nous voilà !!
Quoi d’autre ? La pêche, évidement !! Mais, n’est pas pêcheur qui veut… si le début de la transat nous a souri avec trois dorades accrochées à notre ligne, offrant ainsi deux repas somptueux à l’équipage de Lolito depuis les déconvenues se succèdent et nos prises nous échappent systématiquement emportant avec elles nos précieux leurres, hameçons et bas de ligne ! Arrrrrhhh ! Oh rage oh désespoir’! Mais sachez-le poiscaille océanique, nous n’abandonnerons que lorsque nous serons a cour de leurres (ce qui ne devrait pas tarder, il nous en reste que trois ….).
Allez pour se donner force et courage on ouvre une ptite boîte de confit de canard conception maison, car ici l’oceanatonie ne nous gagnera pas !

Publicités

3 réflexions sur “Oceanotonie…

  1. Nous vous suivons pas à pas ! Bernard me tient au courant de votre avancée, du nombre de kilomètres qui vous restent pour atteindre la Martinique… je sais, il faut parler en miles mais nous ne sommes pas marins et les kilomètres nous parlent plus !
    Donc, nous sommes heureux de vous savoir près des côtes de la Martinique. Line et Milo vont peut-être retrouver les amis qu’ils se sont faits lors d’étapes précédentes.
    Finalement, la cantine est bonne sur le voilier ! Un confit de canard remplace avantageusement un poisson, surtout quand celui-ci ne mord pas à l’hameçon !
    Continuez à nous donner des nouvelles. C’est formidable.
    Bises à tous

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s