Nuage : dis moi le temps qu’il fera !

En mer, l’observation des nuages est une sainte occupation : leur forme excite l’imagination de certains, mais donne surtout de précieuses indications sur le temps à venir, d’où l’importance de savoir les reconnaître.
nuage©dbi

Tous les nuages se forment dans la troposphère à une dizaine de kilomètres au-dessus de nos têtes. Ils sont composés de fines particules d’eau assemblées à l’état liquide ou à l’état solide. Leur formation est liée à Lire la suite

Publicités

We are coming back ! 

C’est parti, nous quittons les Bermudes avec un petit regret : pas eu le temps de visiter l’île ni de voir les fabuleux  bateaux volant de l’America’s cup… Dommage, mais la fenêtre météo est là et si nous voulons profiter un peu des Açores, il faut partir. Alors go !

Prévision météo et routage (partiel) Weather4D des Bermudes aux Açores

La semaine de navigation – plutôt sympa – depuis les Bahamas est encore dans les mémoires avec du près, mais sans douleur, et pas mal de moteur sur la fin (voir en fin d’article ma prose…) que nous repartons déjà en mer.

Cette fois ci nous devrions être poussé par le vent : c’est plus confortable et plus rapide ! On vous dira si les prévisions étaient bonnes. En attendant Weather4D nous prévoit une route directe avec deux passages de front (c’est à dire du vent un peu plus fort ) mais tranquille. Bon ça reste des prévisions et tout peu changer mais on y croit !

Encore deux courses à faire, Lire la suite

Cuba libre !

Comme c’est bizarre, cette immersion dans la « Patria del Socialismo ». Jamais escale n’a fait naître autant de discussions à bord de Lolito. On aime, mais on s’interroge inévitablement sur le système, ce qu’il a apporté de positif à la population, sur les entraves à toutes les libertés fondamentales, sur son inavouable ouverture au marché, sur l’accueil de l’étranger : chaleureux, amical, profitable…

cuba-30
Que de paradoxes dans la patrie du socialisme : Fidel (même après sa mort) est bien plus que le leader maximo, plus que le père de la patrie, c’est semble-t-il le père de chacun des Cubains sans aucune remise en question de la doctrine socialiste alors que c’est très clairement l’entreprise individuelle (taxi, casa particular, paladares, etc.) et le marché noir qui permet aujourd’hui aux cubains de survivre. Le jeu de la double monnaie (25 CUP pesos national réservés aux Cubains = 1 CUC peso convertible aligné sur le $ pour les touristes) accentue encore plus le besoin pour la population de trouver des sources de revenus en CUC.

Mais bon, si la parole se délie avec certains Cubains le temps d’un trajet en taxi en Peugeot 404 de 1973 (il n’y a pas que de vieilles Américaines à cuba !), de la préparation d’un repas dans une casa avec Joana notre cuisinière, la propagande intensive et la fierté nationale font beaucoup et il est rare d’entendre un discours critique… Sont-ils tous pour le régime ou est-ce de l’autocensure ? Les deux « Commandanté » ! Lire la suite

Bienvenido en Républica Dominicana !

Nous voici enfin dans LE Nouveau Monde, celui de 1492, celui de Christophe Colomb ! D’ailleurs, les enfants vous diront qu’on le croise partout : la plage de Colomb, la maison de Colomb, la statue de Colomb, l’église de Colomb, l’île de Colomb, etc. Les Grande Antilles, c’est surtout un changement radical par rapport aux Petites Antilles : nouveau décor et nouvelle ambiance.

repDom-2

L’atmosphère en République Dominicaine est comparable à celle du Cap-Vert. Ces îles au croisement des cultures africaines et caraïbéennes, royaume de la débrouille et de la joie

repDom-25

Christobal !

de vivre. Côté tourisme, s’il est ici aussi très présent, c’est un tourisme venu des airs et non de la mer. En effet, les équipements pour la plaisance sont quasi inexistants et leurs développements n’ont pas l’air d’être au programme ! Pas ou peu d’infrastructures – pas même de quoi débarqué à terre en annexe -, une cartographie incertaine, des mouillages sauvages à explorer, mais à condition d’obtenir l’autorisation de s’y rendre, ce qui n’est pas toujours une mince affaire. En effet, ici (comme à Cuba), pas question de laisser un voilier voguer ou mouiller où bon lui semble. Chaque déplacement doit être préalablement approuvé, autorisé par le commandement militaire de la zone. N’oublions pas qu’avec la proximité de Puerto Rico, la mer est, la nuit, le terrain de jeu des passeurs de drogue. Du coup, les voiliers qui passent au large des côtes de la République Dominicaine – généralement des Américains se rendant aux BVI – ne s’y arrêtent quasiment jamais. Et pourtant, la Rep’ Dom’ mérite un détour. C’est une île à part. Lire la suite