La plus belle île de l’Atlantique…

… est Portugaise ! Le coup de coeur pour Flores, la plus occidentale des îles de l’archipel des Açores, est véritable et sincère. Sans aucun doute, le besoin vital de descendre enfin à terre après 12 jours de mer y est-il un peu responsable ; sans doute aussi le fait de revoir de la mousse, du lichen, des hortensias baignés dans leur manteau de brume rappelle-t-il un peu la maison que l’on a mine de rien hâte de retrouver.

flores-15

Quoi qu’il en soit, nous sommes comblés tant par le charme désuet du port de Lajes das Flores lové au pied d’une falaise – un petit entre soi de navigateurs bouclant leur boucle atlantique, quant ils ne reviennent pas d’horizon bien plus lointain – que par l’accueil bienveillant des Florentins (habitants de flores) et surtout par la beauté sauvage de ses paysages. Landes verdoyantes où pullulent milles espèces de… plantes vertes (!), parsemées d’anciens cratères devenus lacs, côtes volcaniques gardées par d’immenses falaises aux parois rendues vivantes par le ruissellement de dizaines de cascades et de milles sources d’eau douce. C’est que l’île est bien arrosée… c’est le moins que l’on puisse dire ! En revanche, dès que le soleil perce, sa chaleur permet de cultiver bananes, papayes, kakis et avocats… incroyables.

Pour nous, c’est au-delà du plaisir de découvrir une nouvelle île, une transition bienvenue entre les Bermudes – dernière escale tropicale – et l’arrivée programmée en Bretagne sud dans quelques semaines.

Et si la transition est esthétique, elle reste à notre goût encore trop brutale… passé de

flores-2

Le bocage florentin

30°C à 15°C, n’est tout simplement pas humain ! C’est LA donnée que nous n’avions pas anticipée avec la brume et le crachin. Un phénomène de déni semble-t-il commun à beaucoup d’équipages revenant des Antilles. Disons que les polaires, pulls en laine et cirés bien rangés depuis notre dernière navigation glacée au large du Maroc justifient-ils à nouveau leur place à bord. À propos, merci les poteaux pour les bonnets, ils nous ont été plus qu’utiles !

En bref, nous voilà acclimatés, fin prêt pour affronter les rigueurs estivales de la Bretagne sud ! Mais avant cela, dès qu’une nouvelle

flores-9

Champ de lave en guise de terrain de jeu

dépression aura fini de passer son chemin (mais où est donc l’anticyclone des Açores !), nous nous apprêtons à visiter les autres îles de l’archipel en espérant qu’elles soient aussi surprenantes. Dès Lundi nous mettrons donc le cap sur Horta à Faial, afin d’aborder ses célèbres quais colorés, de s’abandonner un peu chez Peter – un café de marin connu dans le monde entier – en contant nos exploits transocéaniques ! Après tout, nous sommes parmi les rares à avoir pris l’option Nord ! Pour les non-voileux disons que c’est comme l’ascension de l’Everest (rien qu’ça !) : il y a ceux qui prennent la face sud (là où il y a potentiellement moins de vent !) et ceux qui optent pour la face nord… :)) Bon, après une transat-retour admettez que toutes les exagérations peuvent être acceptées, non ?

Bref, avant de boire un coup à Horta, il nous faudra quand même avaler les 140 milles qui séparent Flores de Faial. Une petite navigation de 24 h qui nous permettra peut-être de voir (enfin !) des baleines, cachalots – ou toute sorte de cétacés, nous ne sommes plus exigeant – puisque nous voilà tout de même au coeur d’un archipel de baleinier. Allez, on y croit et pour sûr, une fois n’est pas coutume, la veille visuelle sur le pont sera attentive, peut-être même enverra-t-on Line et Milo faire le guet en tête de mât. Faut c’qu’il faut !

 

transat-7Statistique et débrief de la Transat’ retour


Trajet : départ de Saint-Georges aux Bermudes – Arrivée à Lajes das Flores aux Açores.
Durée : 11 jours, 23 heures.
Conditions : entre 20 et 32 nœuds, deux passages de front, mer agitée à grosse.
Vitesse moyenne : 6,5 nds
Vitesse max : 13,7 nds
Nombre de milles parcourus : 1830 milles

L’atout de notre transat’ est que nous n’avons pas eu un jour sans vent. Ce fut donc une traversée 100 % à la voile, 0 émission de dioxyde de carbone ! Une vraie transat écolo. L’inconvénient, ce fut un inconfort évident pendant les quelques jours de près même si Lolito à cet avantage de ne pas trop taper dans la vague. À noter : pour la toute première fois depuis notre départ, nous avons pris le troisième ris dans la grand-voile ! En revanche, la pêche n’a rien donné (là aussi nous sommes écolo, on respecte la nature… en vrai, on est dég !) et nous n’avons observé aucun dauphin, orque, rorqual ou autre cétacé. Seul une dizaine de dauphins bleus et blancs de 2 à 3 m sont venus nous accueillir à 10 milles de Flores. Un accueil très sympathique, qui « sauve » la transat’ !

 

L’ambiance à bord : grosse émotion au départ des Bermudes pour cette transat-retour qui marque un peu quand même le début de la fin du voyage… Puis pendant les trois premières journées, navigation à vue ou à portée VHF avec le voilier Archipell. Très sympa d’échanger deux fois par jour à la radio avec les copains. Perte de contact le quatrième jour (sniff), puis plus aucun contact radio avec aucun autre voilier jusqu’à l’arrivée. Pourtant il y avait du monde sur le plan d’eau ! Le contact est resté quotidien ou presque avec cinq voiliers (Archipell, Arwen, Dremmwell, Océanix, Anima) via email grâce au téléphone satellite.

L’organisation théorique des quarts de nuit à deux (à l’aller, nous avions Matthieu pour

transat-2

LA cabane des enfants

assurer les quarts les plus durs… Après tout, c’était son rêve:)) : Laure de 20h à minuit ; Damien de minuit à 3h ; Laure de 3 à 6h. Damien de 6 à 9h. Alternance moins stricte en journée, disons que l’on se repose selon le principe de la bannette chaude. Soyons clairs : on s’est rarement aussi peu vu en 12 jours enfermés dans 15 m² !

État d’esprit de Line et Milo. Il n’y a rien de plus cool qu’une transat : en pyjama 98 % du temps, activités principales = Playmobile, lego, fabrication de cabane dans le carré, école 0,5 % du temps, bataille et séance cinéma tous les soirs.

 

Extrait du livre de bord

J1 : 13h15, on lève l’ancre. Vent 13 nds, toutes voiles dehors. Diner : Pâtes au saucisson !

J2 : Vent 19 nœuds, cap plein Est. Œuf au plat – purée à midi. Diner, riz – haricot rouge – saucisses

J3 : On tangonne le génois à 10h. Douche. L’eau est à 24°C ! ça caille !! Terrine au piment d’Espelette – taboulé maison à midi. École l’aprèm. Pâtes au chorizo le soir.

J4 : Vent 18nds, on attend une dépression. Plus de contact radio avec les copains. À midi, reste des pâtes au chorizo. Le soir, riz à la provençale maison.

J5 : On sort la trinquette, on prend un ris à 4h30 du matin. Vent 20 nds ++. À midi, rillettes, carottes râpées, haricots-bacon. Dans l’aprèm rafale à 30 nds ++ on incline la route au nord. Le soir croque-monsieur maison Bacon-Mozza.

J6 : Il pleut, il fait 14 °C ! Vent 20 nds. Génois tangonné. À midi, riz – haricot rouge – saucisses. Le soir, soupe + reste

J7 : Dans la nuit trois tours dans le génois. À midi soupe aux nouilles et salade de chou blanc. Le soir, pommes de terre sautées au jambon de parme.

J8 : À 6 heures du matin, empannage. Le vent tombe à 15 nds, toutes les voiles sont dehors. Le soir pâtes au thon à la tomate. On change d’heure.

J9 : Il fait froid et humide. Le vent est remonté à 20 nds et plus. On a 1 ris dans la GV et la trinquette. Riz pilaf à la tomate. Nous faisons cap plein nord, voir on revient sur nos pas… pas cool. Nuit difficile dans 25 nds au près.

J10 : GV pleine, génois au près, virement de bord : route au sud-est !! Nous ne notons plus les repas, mais on mange quand même ! Dans nos souvenirs une compotée de choux rouges et encore du riz pilaf.

J11 : 3 ris dans la GV et trinquette, 25 à 32 nds, nous sommes à nouveau sur le bon cap. C’est l’anniversaire de Damien. Boulgour à la tomate (franchement dégeu!) et gâteau à la carotte en dessert. Dîner on ne sait plus…

J12 : 5h : alarme de l’AIS, nous sommes en route de collision avec un pêcheur. Surveillance, fausse alerte. 6h, génois tangonné, rangement de la trinquette. 9h : dauphins ! 11h : Préparation de Lolito pour l’arrivée : affalage des voiles, sortis des amarres, pare-bat’, etc. Arrivée à Flores à 12 h. 13h après une douche gelée à la marina, burger local dans l’unique café du port : pain, steak haché, jambon, porc, fromage, œuf au plat, tomate, oignon, salade ! Et café sur la terrasse au soleil.   BONHEUR.

transat-9

La brume s’est levée, Flores apparait enfin sous les nuages ! 

Publicités

Une réflexion sur “La plus belle île de l’Atlantique…

  1. Un bonjour froid , gris pluvieux de Plymouth , sur Maia , Brigitte et Philippe Un conseil , ne baclez pas ce tres bel archipel Corvo à visiter la grimpette sur la caldeira sous le soleil- rare est magnifique . Des vaches dans le fond de la caldeira Horta incontournable , le phare dans les cendres volcaniques , la caldeira , une vue sompteuse Pico , le maitre , son port rebutant bien des navigateurs , mais pour des bretons ça passe bien , je pense au port à l est , pas celui des ferry,il y a de la place pour 6 bateaux au moins , à couple . Ile tres belle en voiture .ascencion non garantie . Vin rouge de lave , bof sao Jorge , alors là il faut s y attarder . Le petit port et l accueil de José sont inoubliables . Belles randos de l autre côté , un village accessible seulement à pied … Et en quad pour les locaux . On peut y déjeuner Sao Miguel , grande marina , mais ville assez sympa, et surtout l interieur à visiter , les lacs et la culture de thé Santa Maria , petit port convivial , belle ballade . Du phare , tres impressionnant , marcher jusqu à Maia.Si vous pouvez , rando en grimpant dans les vignes , impressionnant Graciosa est belle , il y a peu de places à l interieur , la meilleure place à mon sens est en entrant à D à quai , attention au marnage . Les locaux pêcheurs sont accueillants et vous conseillent Vin blanc local tres bon , fruité sec .caldeira boisé et grotte . Ile à l ecart du tourisme Voilà un condensé de notre croisiere inoubliable de l an dernier M…e , il pleut encore ici

    >

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s