Un rêve… à vendre !

Lolito, Feeling 416, cherche propriétaire pour courir de nouveaux océans. Un bon voilier qui aime le portant, le près, le travers, le mouillage et l’apéro ! Un croiseur rapide et confortable qui fit, durant une année, notre bonheur et notre fierté.

IMG_7640-2

Lolito sous voile ! Merci @Archipell !

 

 – Mise à jour 2018 : Lolito a désormais un nouveau capitaine et il vogue vers de nouveaux horizons, cap vers le Pacific ! Bon vent à lui et à son équipage –

Allez, je vous refais un historique rapide. Lolito est un Feeling 416 construit en 1991, mise à l’eau en janvier 1992 que nous avons acheté fin décembre 2015. De janvier à août 2016 nous l’avons rénové et préparé pour partir autour de l’Atlantique de Port-Camargue à Port-La-Forêt en Bretagne en passant par le Cap-Vert, les Antilles, Cuba, les Bermudes et les Açores. 

C’est un croiseur dit tout terrain grâce à une jolie carène (sa coque) de 12,26 m dessinée par un grand architecte de l’époque (Mr Harlé) qui lui permet d’aligner de belles moyennes en mer et de bien passer même lorsque elle est formée. En bref, un croiseur de haute mer rapide et confortable. Ceci n’est pas que de la théorie, nous l’avons testé : mistral hivernal, alizés soutenus ou mer formée, Lolito a toujours tenu son cap ! Notre record de vitesse ? 16,6 nœuds au surf entre les Canaries et le Cap-Vert ! Mais bon, sa vitesse de croisière SAM_4319est plutôt entre 7 et 8 nœuds. Attention, notre Feeling 416 est le modèle quillard : un bel appendice tout en plomb de 1,95 m qui en a vu passer de l’eau ! Car avant cette année en mer Lolito, sous un autre nom, avait déjà fait un aller-retour aux Antilles et un tour de méditerranée. Cependant, il manquait clairement de modernité dans ses équipements. Du coup, avant de partir nous avons lancé une opération rénovation en s’attaquant à tous les postes essentiels pour assurer le confort et la sécurité de notre famille au milieu de l’océan : moteur, gréement dormant (ce qui tient le mât !), gréement courant (ce qui tirent sur les voiles!), poulies, filières (ce qui nous empêchent de tomber à l’eau), vannes, électricité, électronique, protection contre le soleil (bimini) et les embruns (capote), mais aussi gazinière, plancha, rideau de hublot, etc. Bref, tout ou presque a été changé !

Voilà pour les travaux. Pour en savoir plus, vous pouvez lire les articles écris dans Voile Magazine qui racontent à la fois la rénovation de Lolito, mais aussi notre boucle atlantique et vous référer à la présentation de Lolito sur ce blog ainsi qu’à tous les documents d’origine du chantier. 

Diaporama de Lolito tel qu’il est aujourd’hui

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Mais un rêve, combien ça coûte ?
    Pour notre Feeling, il s’agit de 70 000 €
  • Et on a quoi pour ce prix là ?
    Un voilier tout équipé pour naviguer au grand large avec confort et sécurité.
    Un voilier autonome en énergie avec des panneaux solaires, mais également autonome en eau (400l) et en gazoil (300l). Un voilier qui n’a donc pas besoin de s’arrêter tous les quatre matins dans un port.
    Un voilier sûr avec deux pilotes automatiques, un système d’alerte d’homme à mer, un transpondeur AIS et une Balise EPIRB.

    Mais aussi beaucoup d’autres équipements listés dans l’historique des travaux de rénovation 2016-2017

    Un voilier pour partir en toute indépendance
    au bout du monde ou tout simplement le long de nos côtes. 

Si vous êtes convaincus que Lolito est LE voilier qu’il vous faut… vous pouvez prendre contact avec nous

 

Pour finir, voici le résultat d’une petite enquête réalisée auprès de l’équipage : « Qu’est-ce qui vous a vraiment plu à bord de Lolito ?»

DSC_2525Damien (coskipper) : « Le caillebotis du cockpit qui se transforme en une grande table pour de chouettes dîners en famille ou avec les copains »

Laure (coskipper) : « La couchette de quart avec sa toile antiroulis : une cabane naturelle pour les enfants et une bonne planque pour s’adonner à une p’tite sieste en mer »

DSC_2207Milo (mousse 6 ans) : « Le grand lit du carré » (…) une fois la table du carré abaissée. Véritable lieu de vie de la famille en navigation.

DBI_9580

Matthieu (équipier Cap-Vert – Martinique) : « Ma grande cabine double, même quand Line et Milo viennent me coller alors que je suis hors quart avec une grosse envie de dormir ! »

Damien : « La cuisine en U avec ses rangements, aussi pratique à la gîte que pour préparer l’apéro au mouillage avec son îlot central. »

Laure : « La lumière qui inonde le carré même quand il ne fait pas beau. »

IMG_7641Line (mousse 7 ans) : « Quand on va vite ! » … même sans être au taquet sur les réglages des voiles. La croisière facile on vous dit ! 😉

Francis (équipier Açores – Bretagne) :
« L’aménagement du cockpit, pratique et bien protégé avec son grand bimini ! Idéal sous la pluie. » (Damien : mais aussi sous le soleil des Antilles ! )

Laure : « La banquette en face du carré pour faire son quart à l’abri et au chaud, indispensable sur la transat retour ! »

DSC_2829

Lolito, près à partir vers de nouveau horizon !

Publicités

This is the end, beautiful friends…

C’est la fin (…), la fin de ce beau voyage, la fin de neuf mille milles de navigation à travers la mer méditerranée, l’océan atlantique, la mer des caraïbes et la mer des sargasses. Un final en beauté, avec une navigation rapide vers nos jolies côtes bretonnes. 

DBI_5374

Arrivée en Bretagne

Allez on joue à un petit décompte ? 11 mois, passés à 4 en huit clos ou presque sur un voilier de 12 mètres de long et 4 mètres de large, une quarantaine d’escales dans 16 pays, mais 42 îles abordées, foulées, explorées. Pour le décompte des bouteilles de rhum, nous avons perdu le fil en cours de route tout comme celui des amis rencontrés, mais les rencontres ont été nombreuses, riches et joyeuses. Un an de voyage, c’est aussi 1200 heures de cours particuliers pour les enfants – je rends là hommage au courage et à l’abnégation de leur professeur –, plus de 300 idées repas à trouver (dont 200 à base de pâtes !), une centaine d’heures de bricolage, une vingtaine de corvées d’eau, plusieurs milliers de mouvements de brasses autour de Lolito, pas mal de bombes et autres plongeons, et « en vrai » pour reprendre une expression chère à Line une soixantaine de jours de navigation (à la louche, un compte à affiner). Finalement peu de choses sur une année qui en compte 365…

Plus que le retour, qui ressemble à un petit déménagement (il faut vider/nettoyer/ranger Lolito ; trier et encartonner toutes nos affaires), comment ont été nos derniers jours en mer ?

Nous sommes le 3 juillet au matin. Lolito largue les amarres d‘Angra do Heroismo sur Tercera l’île la plus nord-est des Açores. Pas mal de copains – dont Arwen et Cocodelo – comme nous, attendaient les bonnes conditions météo pour mettre le cap sur la France. Une navigation en petite flottille qui ne durera pas, car c’est là que nos routes se séparent. Les uns rejoignent La Rochelle, les autres Cherbourg, Belle-île ou Nantes suivant alors des caps imperceptiblement différents. Quelques degrés en plus ou en moins nous feront perdre le contact VHF assez vite. This is the end… Lire la suite

Açores, encore et toujours !

On en redemande, tellement l’archipel nous à séduit. Flores bien sur, mais aussi Faial, Pico, Sao Jorge et Terceira. Nos prefs’ ? Le trio Flores, Pico, Sao Jorge. Un archipel tellement chouette que les mots nous manquent… place aux photos !

C’est un peu facile, mais bon, nous partons demain matin pour la dernière partie de la transat, cap sur la Forêt-Fouesnant alors le temps manque un peu, malgré un équipier venu en renfort pour : faire la veille, la cuisine, la vaisselle, les manoeuvres, barrer et s’occuper de ses petits-enfants !! Merci Grand-Père ! pour le programme c’est simple : pêche, lecture et farniente !

Allez on débrief dans 10 jours quand nous serons de retour en europe continentale… snif, snif…

Ce diaporama nécessite JavaScript.