Un rêve… à vendre !

Lolito, Feeling 416, cherche propriétaire pour courir de nouveaux océans. Un bon voilier qui aime le portant, le près, le travers, le mouillage et l’apéro ! Un croiseur rapide et confortable qui fit, durant une année, notre bonheur et notre fierté.

IMG_7640-2

Lolito sous voile ! Merci @Archipell !

 

 – Mise à jour 2018 : Lolito a désormais un nouveau capitaine et il vogue vers de nouveaux horizons, cap vers le Pacific ! Bon vent à lui et à son équipage –

Allez, je vous refais un historique rapide. Lolito est un Feeling 416 construit en 1991, mise à l’eau en janvier 1992 que nous avons acheté fin décembre 2015. De janvier à août 2016 nous l’avons rénové et préparé pour partir autour de l’Atlantique de Port-Camargue à Port-La-Forêt en Bretagne en passant par le Cap-Vert, les Antilles, Cuba, les Bermudes et les Açores. 

C’est un croiseur dit tout terrain grâce à une jolie carène (sa coque) de 12,26 m dessinée par un grand architecte de l’époque (Mr Harlé) qui lui permet d’aligner de belles moyennes en mer et de bien passer même lorsque elle est formée. En bref, un croiseur de haute mer rapide et confortable. Ceci n’est pas que de la théorie, nous l’avons testé : mistral hivernal, alizés soutenus ou mer formée, Lolito a toujours tenu son cap ! Notre record de vitesse ? 16,6 nœuds au surf entre les Canaries et le Cap-Vert ! Mais bon, sa vitesse de croisière SAM_4319est plutôt entre 7 et 8 nœuds. Attention, notre Feeling 416 est le modèle quillard : un bel appendice tout en plomb de 1,95 m qui en a vu passer de l’eau ! Car avant cette année en mer Lolito, sous un autre nom, avait déjà fait un aller-retour aux Antilles et un tour de méditerranée. Cependant, il manquait clairement de modernité dans ses équipements. Du coup, avant de partir nous avons lancé une opération rénovation en s’attaquant à tous les postes essentiels pour assurer le confort et la sécurité de notre famille au milieu de l’océan : moteur, gréement dormant (ce qui tient le mât !), gréement courant (ce qui tirent sur les voiles!), poulies, filières (ce qui nous empêchent de tomber à l’eau), vannes, électricité, électronique, protection contre le soleil (bimini) et les embruns (capote), mais aussi gazinière, plancha, rideau de hublot, etc. Bref, tout ou presque a été changé !

Voilà pour les travaux. Pour en savoir plus, vous pouvez lire les articles écris dans Voile Magazine qui racontent à la fois la rénovation de Lolito, mais aussi notre boucle atlantique et vous référer à la présentation de Lolito sur ce blog ainsi qu’à tous les documents d’origine du chantier. 

Diaporama de Lolito tel qu’il est aujourd’hui

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Mais un rêve, combien ça coûte ?
    Pour notre Feeling, il s’agit de 70 000 €
  • Et on a quoi pour ce prix là ?
    Un voilier tout équipé pour naviguer au grand large avec confort et sécurité.
    Un voilier autonome en énergie avec des panneaux solaires, mais également autonome en eau (400l) et en gazoil (300l). Un voilier qui n’a donc pas besoin de s’arrêter tous les quatre matins dans un port.
    Un voilier sûr avec deux pilotes automatiques, un système d’alerte d’homme à mer, un transpondeur AIS et une Balise EPIRB.

    Mais aussi beaucoup d’autres équipements listés dans l’historique des travaux de rénovation 2016-2017

    Un voilier pour partir en toute indépendance
    au bout du monde ou tout simplement le long de nos côtes. 

Si vous êtes convaincus que Lolito est LE voilier qu’il vous faut… vous pouvez prendre contact avec nous

 

Pour finir, voici le résultat d’une petite enquête réalisée auprès de l’équipage : « Qu’est-ce qui vous a vraiment plu à bord de Lolito ?»

DSC_2525Damien (coskipper) : « Le caillebotis du cockpit qui se transforme en une grande table pour de chouettes dîners en famille ou avec les copains »

Laure (coskipper) : « La couchette de quart avec sa toile antiroulis : une cabane naturelle pour les enfants et une bonne planque pour s’adonner à une p’tite sieste en mer »

DSC_2207Milo (mousse 6 ans) : « Le grand lit du carré » (…) une fois la table du carré abaissée. Véritable lieu de vie de la famille en navigation.

DBI_9580

Matthieu (équipier Cap-Vert – Martinique) : « Ma grande cabine double, même quand Line et Milo viennent me coller alors que je suis hors quart avec une grosse envie de dormir ! »

Damien : « La cuisine en U avec ses rangements, aussi pratique à la gîte que pour préparer l’apéro au mouillage avec son îlot central. »

Laure : « La lumière qui inonde le carré même quand il ne fait pas beau. »

IMG_7641Line (mousse 7 ans) : « Quand on va vite ! » … même sans être au taquet sur les réglages des voiles. La croisière facile on vous dit ! 😉

Francis (équipier Açores – Bretagne) :
« L’aménagement du cockpit, pratique et bien protégé avec son grand bimini ! Idéal sous la pluie. » (Damien : mais aussi sous le soleil des Antilles ! )

Laure : « La banquette en face du carré pour faire son quart à l’abri et au chaud, indispensable sur la transat retour ! »

DSC_2829

Lolito, près à partir vers de nouveau horizon !

Publicités

La plus belle île de l’Atlantique…

… est Portugaise ! Le coup de coeur pour Flores, la plus occidentale des îles de l’archipel des Açores, est véritable et sincère. Sans aucun doute, le besoin vital de descendre enfin à terre après 12 jours de mer y est-il un peu responsable ; sans doute aussi le fait de revoir de la mousse, du lichen, des hortensias baignés dans leur manteau de brume rappelle-t-il un peu la maison que l’on a mine de rien hâte de retrouver.

flores-15

Quoi qu’il en soit, nous sommes comblés tant par le charme désuet du port de Lajes das Flores lové au pied d’une falaise – un petit entre soi de navigateurs bouclant leur boucle atlantique, quant ils ne reviennent pas d’horizon bien plus lointain – que par l’accueil bienveillant des Florentins (habitants de flores) et surtout par la beauté sauvage de ses paysages. Landes verdoyantes où pullulent milles espèces de… plantes vertes (!), parsemées d’anciens cratères devenus lacs, côtes volcaniques gardées par d’immenses falaises aux parois rendues vivantes par le ruissellement de dizaines de cascades et de milles sources d’eau douce. C’est que l’île est bien arrosée… c’est le moins que l’on puisse dire ! En revanche, dès que le soleil perce, sa chaleur permet de cultiver bananes, papayes, kakis et avocats… incroyables.

Pour nous, c’est au-delà du plaisir de découvrir une nouvelle île, une transition bienvenue entre les Bermudes – dernière escale tropicale – et l’arrivée programmée en Bretagne sud dans quelques semaines.

Lire la suite

Oceanotonie…

Si les jours ne se ressemblent pas, ici, au beau milieu de l’Atlantique, il est étonnant de voir comment les quarts de nuit semblent se répéter à l’infini…

IMG_0384.JPG

Quelle joie alors quand un navire apparaît enfin sur l’horizon rompant la monotonie de nos veilles obligatoires sur le pont à guetter une âme dans ce grand désert qu’est l’Atlantique. Car avouons le les rencontres sont rares, voir exceptionnelles. Depuis notre départ de Mindelo, nous avons perdu de vue les autres voiliers partis de concert avec nous, croisé un cargo qui faisait route sur le Brésil, surveillé avec attention un pêcheur japonais au beau milieu du parcours, aperçu un voilier français et observer un gros yacht de star faisant route vers les Antilles à une allure bien plus soutenu que la notre, le veinard ! Finalement seul un plaisancier allemand nous aura suivit toute une journée mais de si loin que seul sa trace sur l’écran de l’ AIS était repérable laissant l’horizon désert.
Bref les nuits se ressemblent, étoilées mais sans plus même si l’arrivée de la pleine lune qui risque à changé l’esthétique de nos quarts de nuit. En revanche, les journées sont toutes différentes. Il est étonnant de voir combien la mer à différents visages et à quelle vitesse elle change de mine.
Lire la suite

Rythme tropical

À tous ceux qui s’inquiètent ou s’impatientent : non, notre voyage ne s’est pas arrêté ; non, nous n’abandonnons pas la tenue du blog ; non, nous ne sommes pas passés en mode furtif pour échapper à l’actualité dans le monde. Seulement, le temps en voilier défile différemment et puis nous avons passé le tropique et touché les îles…

dsc_1669

Loin d’être encore « tropicalisé », nous nous adaptons doucement au rythme local – c’est une question de politesse (!) — enfin, quand bien même nous voudrions multiplier les billets sur le blog, il faut pour cela avoir une connexion Internet potable et ça, ce n’est pas toujours gagné ! Alors qu’avons-nous fait depuis notre départ de Lanzarote ? Nous avons navigué, tout simplement ! Parfois, contre le vent, parfois avec le vent pour nous, parfois dans la tempête, rarement par calme plat. Reprenons.
L’objectif était de rallier le Cap-Vert en partant de l’île de Fuerteventura aux Canaries. Une belle navigation d’une semaine poussée par les alizées, ces vents soufflant du nord-est. Évidemment, le jour J, ils n’étaient pas au rendez-vous et même franchement opposés à notre route vers le sud. Il a donc fallu attendre la bonne fenêtre météo pendant deux jours sur Gran Canaria avant de partir. Enfin, les alizées sont annoncées et le top départ est donné. Lolito devrait être poussé par 20 à 25 nœuds de vents vers l’archipel de Césaria Evora ! En réalité, nous serons catapultés vers l’archipel par des vents de 30 noeuds et plus. Plus clairement : on a eu du gros temps Lire la suite

Lanzarote en images

Juste avant d’appareiller pour Fuerteventura, voici quelques images de notre passage sur Lanzarote.

Retour en mer et cap au Sud !

Notre escale nord-africaine prend fin et c’est avec envie que nous remettons le cap au large pour notre toute première longue navigation. Au programme plus de quatre jours de mer avant de toucher de nouveau terre aux Canaries dans l’unique mouillage possible sur l’île quasi déserte de Graciosa.

dsc_1069

Départ de Rabat derrière notre bateau pilote qui nous guide entre les bancs de sable

Il est des moments où l’on se demande pourquoi on voyage sur un voilier à l’heure des vols long-courrier tout confort… Voilà sans doute l’interrogation principale qui aura tordu l’estomac de Laure durant les quatre jours qu’aura duré la traversée du Maroc vers les Canaries ! Allez savoir, la mer était pourtant docile et notre décision de repousser notre départ de Rabat pour attendre les vents portants d’un anticyclone fut judicieuse. En plus, cela nous a largement laissé le temps de profiter de l’ambiance marocaine. Un dernier saut dans le souk de Salé (indiscutablement mon pref’) pour acheter des produits frais — grenades, avocats, clémentines, poivrons, œufs, pain, dates, fruits secs, olives multicolores — et c’est parti. À l’étale, nous suivons sagement le bateau pilote dans le lit du Bouregreg, un petit signe aux surfeurs désoeuvrés attendant le retour des vagues au pied de la Casbah et nous voilà reparti, cap au sud !

Vite, on sort toute la garde-robe de Lolito. La grande voile est hissée Lire la suite

Salam Lolito !

Voilà c’est fait, le voyage a réellement débuté. Non pas que Barcelone, les Baléares et Gibraltar ne fassent pas pleinement partie de notre périple. Non pas que l’Espagne ne soit pas une destination exotique, tout au moins pour les enfants (nouvelle langue, nouvelle expérience culinaire). Mais en passant de l’Europe à l’Afrique nous plongeons dans une toute autre dimension. Bienvenu au Maroc !

dsc_0066

Avec la visite d’Almeria l’andalouse où les traces de la domination arabe sont encore bien
dsc_0007présentes, nous avions un peu préparé le terrain : premières observations de constructions arabes, premier thé à la menthe aussi ! Bon ok, il y aussi eu la visite du plateau de tournage du « bon, de la brute et du truand » – rien à voir -, mais vous l’aurez compris nous avions hâte d’accoster en Afrique du nord. Un empressement accentué par une navigation nocturne le long des côtes marocaines dans le froid et le brouillard durant laquelle la présence de très nombreux pêcheurs a maintenue l’équipage en alerte !
Il faut croire que l’escale doit être méritée, car alors que nous touchions au but Lire la suite

L’école en bateau

« Le plus beau métier du monde » qu’ils disent… La seule certitude est qu’il faut — pour endosser la posture de maîtresse d’école — une énorme dose d’énergie, des idées à la pelle et une tonne de patience. Quand en plus la salle de classe qui fait aussi office de cours de récré, cuisine, salon et séjour fait 4 m² on vous laisse imaginer l’ambiance qui règne sur Lolito.

dscf5393

Rajoutez à cela, que je suis la mère de mes élèves, ce qui évidemment n’arrange rien ! Bref, il y a six mois nous avons décidé de ne pas faire école avec le CNED, mais de glaner avant de partir auprès des maîtresses des enfants des conseils avisés et surtout d’exploiter au maximum les compétences d’une experte en la matière : Cathy, ma jolie-soeurette et néanmoins institutrice. Du coup, on peut dire que je suis hyper équipée concernant le programme, la pédagogie et les méthodes à employer pour inculquer un peu de savoir à ma progéniture… Évidemment, ce n’est pas si simple.

Comment expliquer de mille façons différentes et ludiques des notions qui semblent évidentes tout en gardant son calme si ça ne marche pas ?! Comment créer Lire la suite

Comme un air de Bretagne

Ria verdoyante, marinière et cidre de qualité, non, nous n’avons pas fait un bon spatiotemporel en Bretagne ! En revanche, nous avons bel et bien trouvé un pendant minorquin au joli petit mouillage breton.

dsc_3634

A l’ombre du Bimini (le parasol en quelque sorte !), en pleine verdure, avec un peu de cidre… 

Loin d’être secret, le mouillage en question semble même avoir été annexé par la Grande-Bretagne tant la langue de Shakespeare domine les conversions de l’unique bistrot du port. Port d’Addaia sur la côte nord de Minorque est pourtant en cette fin du mois d’août une escale charmante, déserte et d’un calme absolu Lire la suite

L’homme pressé

Pas si facile que ça de « prendre le temps de… » ! On ne va pas s’en plaindre, bien au contraire, mais avoir le temps de… est un véritable luxe qu’il faut savoir se réapproprier !

dscf5020

La photo prête à confusion : je bosse pour les enfants si si …

Vous nous croirez ou non, mais on bave d’envie en observant les équipages voisins de nos mouillages qui se prélassent au soleil, les uns lézardant à même le pont, les autres sommeillant dans leur hamac astucieusement accroché sur la plage avant du navire, les derniers se prélassant langoureusement sur leur bain de soleil… Pendant ce temps à bord de Lolito Lire la suite