L’école en bateau

« Le plus beau métier du monde » qu’ils disent… La seule certitude est qu’il faut — pour endosser la posture de maîtresse d’école — une énorme dose d’énergie, des idées à la pelle et une tonne de patience. Quand en plus la salle de classe qui fait aussi office de cours de récré, cuisine, salon et séjour fait 4 m² on vous laisse imaginer l’ambiance qui règne sur Lolito.

dscf5393

Rajoutez à cela, que je suis la mère de mes élèves, ce qui évidemment n’arrange rien ! Bref, il y a six mois nous avons décidé de ne pas faire école avec le CNED, mais de glaner avant de partir auprès des maîtresses des enfants des conseils avisés et surtout d’exploiter au maximum les compétences d’une experte en la matière : Cathy, ma jolie-soeurette et néanmoins institutrice. Du coup, on peut dire que je suis hyper équipée concernant le programme, la pédagogie et les méthodes à employer pour inculquer un peu de savoir à ma progéniture… Évidemment, ce n’est pas si simple.

Comment expliquer de mille façons différentes et ludiques des notions qui semblent évidentes tout en gardant son calme si ça ne marche pas ?! Comment créer Lire la suite

Publicités

On est tous Miró !

De Barcelone à Palma, nos escales nous entrainent sur les traces de Joan Miró. Déjà sensibilisé dans les musées parisiens à l’œuvre de l’artiste espagnol, il allait de soi que pouvoir — coup sur coup — apprécier la collection conservée dans sa ville natale (Barcelone) puis visiter son atelier de Palma de Majorque était une chance incroyable. En plus, Line et Milo apprécient… Du coup, on est au tóp !

img_20160914_142104

Nos proches comprendront, nous avons l’un et l’autre quelques prédispositions pour apprécier l’art contemporain. Ce n’est pas dans nos gênes, mais un peu quand même et puis Miró c’est plutôt accessible et facile à expliquer aux enfants. Il suffit de le citer (de mémoire) : « Enfant, je dessinais comme un adulte. Il m’a fallu toute une vie d’adulte pour réapprendre à dessiner comme un enfant. » L’esprit est là.

Bref, on aime. Et puis ça nous donne prétexte à notre première sortie scolaire !
Nous : « Les enfants, aujourd’hui, pas d’école ! »
Eux : « OUAAAAIIIIS !!!! »
Nous : À la place séance d’art plastique à la fondation Pilar y Joan Miró et interrogation ce soir sur la visite de Palma de Majorque ».

Eux : « … ??… »

img_20160914_141013Concrètement, ça ressemble à n’importe quelle visite touristique estivale, Lire la suite

Et nous découvrons Minorque !

Aux petites galères techniques inéluctables semble-t-il d’un tel projet, et à la nécessaire acclimatation à la vie en mer, succède le temps de la découverte d’un littoral exceptionnel. Minorque en guise de préface à notre année sabbatique… un bon choix.

DSC_3445

Lolito  (entre deux branches !) au mouillage dans Calla Macarelleta y calla Macarella, au sud de Minorque

Voilà bien une chose (très) rassurante, les navigations mêmes de plus de 20 heures se passent idéalement. Chacun trouve son rythme : Line et Milo jouent beaucoup au Lego, au Playmobile, apprennent à faire des nœuds, écoutent leur musique, leurs histoires, lisent et dorment. DSC_3334Pendant que de notre côté, on assure la veille, on bouquine et on assure nécessairement l’intendance. En revanche, nous sommes unanimes : quand la brise se lève et que le moteur est enfin réduit au silence, c’est un grand soulagement collectif ! Pour notre seconde grande traversée (après celle du golfe du Lion entre Port-Camargue et le cap Creus réalisé à 80 % au moteur), la fenêtre météo nous était bien plus favorable puisque la moitié de la navigation s’est faite à la voile. Soit dix heures sous grand-voile et code D à glisser sur une mer calme avec une grosse, très grosse surprise Lire la suite