Nuage : dis moi le temps qu’il fera !

En mer, l’observation des nuages est une sainte occupation : leur forme excite l’imagination de certains, mais donne surtout de précieuses indications sur le temps à venir, d’où l’importance de savoir les reconnaître.
nuage©dbi

Tous les nuages se forment dans la troposphère à une dizaine de kilomètres au-dessus de nos têtes. Ils sont composés de fines particules d’eau assemblées à l’état liquide ou à l’état solide. Leur formation est liée à Lire la suite

Publicités

Il pleut sur Lolito !

Incroyable, mais vrai : c’est une dépression avec son ciel gris et sa petite pluie fine qui nous accueille sur Lanzarote ! Nous avons beau lire et relire nos guides « L’eau est rare (…) des îles semi-désertiques (…) complètement arides (…) la déforestation a tellement modifié le climat de l’archipel que les précipitations annuelles sur Lanzarote sont devenues si faibles et que les agriculteurs utilisent la rosée pour leurs cultures ». C’est très beau tout ça, mais vu depuis le pont détrempé de Lolito j’affirme que tout ça n’est plus d’actualité ! 

 img_0280

Habitants des Canaries, sortez vos cirés et semez vos champs : L’eau est de retour ! Sans blague, cette dépression qui descend jusque sur les Canaries ce n’est pas normal. En toute logique climatique, le circuit des dépressions dans l’hémisphère nord passe très au nord de l’archipel. Schématiquement, disons qu’au milieu de l’Atlantique, il y a comme un rond-point – l’anticyclone des Açores – autour duquel naissent, tournent et meurent les dépressions. En effet, avant de toucher les côtes européennes, les dépressions apparaissent sous les tropiques au-dessus de l’Atlantique dans les alizées. Lire la suite

Dépression, que nous réserves-tu ?

L’idée de ce post à germée à Almeria où nous étions bloqué par un avis de vent frais et nous l’écrivons maintenant depuis Rabat où nous attendons le passage d’une dépression pour reprendre la mer… Alors une dépression à terre – même au Maroc – c’est la pluie et la déprime ! Au large, c’est synonyme de grand rangement, car la mer et le vent vont immanquablement nous ballotter dans tous les sens. Sauf si on anticipe un peu sa venue et que l’on se planque dans un mouillage ou dans un port. Ce qui est trés clairement notre pratique à bord de Lolito !

depression

Observation du passage d’un orage à Formentera, Baléares.

Alors comment anticiper l’arrivée d’une dépression : faire confiance aux fichiers méteo que l’on reçoit sur notre iPad via une application (weather 4D) et comprendre un minimum son fonctionnement… D’où ce post un peu technique et théorique.

Une perturbation associée à une dépression désigne le passage d’un front chaud puis froid et parfois d’un front occlus. Oulala… Ne décrochez pas tout de suite, Je vous explique : si Lolito navigue dans le sens de déplacement d’une perturbation (grossière erreur) nous pouvons nous attendre à vivre pendant une vingtaine d’heure le scénario climatique suivant. En effet, le passage d’une perturbation dure environ 24 heures, mais généralement on l’évite ou on reste au port !

Tout commence donc par un temps calme, frais et ensoleillé Lire la suite

Une première nav’ frileuse !

Avis de grand frais à fort coup de vent en cours, 7 à 8 entre Beauduc et Sicié. Fortes rafales. Mer peu agitée à agitée, localement forte entre Fos et Porquerolles.

photo - copie

En cette fin du mois de janvier, la météo peut paraître peu engageante, mais une série de consultation auprès des navigateurs locaux. confirme qu’il existe bel et bien une fenêtre météorologique favorable pour effectuer en sécurité notre première navigation sur notre fier Feeling 416. L’objectif est de rallier Fréjus depuis Port-Saint-Louis du Rhône : 116 milles à parcourir en profitant d’une queue de mistral qui nous poussera à vive allure vers notre destination avant qu’une bascule au nord-est dans la nuit ne nous oblige à remonter face au vent sur la fin de parcours. Le fenêtre est étroite : il nous faut partir dès que le mistral faiblit un peu — tout au moins les rafales — en fin de journée pour parcourir le maximum de distance avant que le vent ne tourne, offrant alors des conditions sans doute moins musclées, mais nettement plus inconfortables. Lire la suite