Comme un air de Bretagne

Ria verdoyante, marinière et cidre de qualité, non, nous n’avons pas fait un bon spatiotemporel en Bretagne ! En revanche, nous avons bel et bien trouvé un pendant minorquin au joli petit mouillage breton.

dsc_3634

A l’ombre du Bimini (le parasol en quelque sorte !), en pleine verdure, avec un peu de cidre… 

Loin d’être secret, le mouillage en question semble même avoir été annexé par la Grande-Bretagne tant la langue de Shakespeare domine les conversions de l’unique bistrot du port. Port d’Addaia sur la côte nord de Minorque est pourtant en cette fin du mois d’août une escale charmante, déserte et d’un calme absolu Lire la suite

Publicités

Et nous découvrons Minorque !

Aux petites galères techniques inéluctables semble-t-il d’un tel projet, et à la nécessaire acclimatation à la vie en mer, succède le temps de la découverte d’un littoral exceptionnel. Minorque en guise de préface à notre année sabbatique… un bon choix.

DSC_3445

Lolito  (entre deux branches !) au mouillage dans Calla Macarelleta y calla Macarella, au sud de Minorque

Voilà bien une chose (très) rassurante, les navigations mêmes de plus de 20 heures se passent idéalement. Chacun trouve son rythme : Line et Milo jouent beaucoup au Lego, au Playmobile, apprennent à faire des nœuds, écoutent leur musique, leurs histoires, lisent et dorment. DSC_3334Pendant que de notre côté, on assure la veille, on bouquine et on assure nécessairement l’intendance. En revanche, nous sommes unanimes : quand la brise se lève et que le moteur est enfin réduit au silence, c’est un grand soulagement collectif ! Pour notre seconde grande traversée (après celle du golfe du Lion entre Port-Camargue et le cap Creus réalisé à 80 % au moteur), la fenêtre météo nous était bien plus favorable puisque la moitié de la navigation s’est faite à la voile. Soit dix heures sous grand-voile et code D à glisser sur une mer calme avec une grosse, très grosse surprise Lire la suite