Take your time

Les Caraïbes… ça y est, nous y sommes depuis déjà un mois et demi et avons fait nôtre les devises locales. Si le très marketé « pas ni pwoblem » créole que l’on retrouve sur tous les t-shirts souvenir martiniquais fut adopté par l’équipage dés notre arrivée de transat, c’est l’expression des locaux de Sainte-Lucie et des Grenadines qui nous correspond le mieux: « Take  your time »… ah ça on le prend notre temps! Un temps qui semble inévitablement s’étirer… Bonheur!

dbi_7400

Bon n’allez pas croire que le rythme et la discipline à bord ce sont relâchés. Chaque matin, l’école ainsi que les tâches d’entretien de Lolito (n’oublions jamais qu’un bateau c’est une emmerde par jour!) continuent de marquer le début de nos journées, avant que nous puissions pleinement profiter des mouillages où nous plantons la pioche – notre ancre – et là, là alors, nous prenons tout notre temps !… Y compris pour actualiser le blog où les derniers postes ont été, reconnaissons-le, un brin laconique.

Depuis notre escale – à terre – en Martinique, nous avons donc repris la mer, cap au sud vers les Grenadines. En chemin, nous avons quand même mouillé à Sainte-Lucie. Juste le temps de se faire bouloter par des chauves-souris un plein régime de bananes entreposé dans des filets à l’extérieur : voilà sans doute le prix à payer pour se poser dans Marigot Harbour, un trou à cyclone*. Je m’explique ce n’est pas un mouillage sauvage et désert, puisque le lieu, véritable carte postale touristique a été depuis longtemps civilisé. Il reste quand même un mouillage au cœur de la mangrove, cette forêt aquatique typique des tropiques, abritant mille espèces animales, dont des volatiles en tout genre. CQFD : au cœur de l’enfer vert planquer vos bananes Lire la suite

Publicités